halte


halte

halte [ 'alt ] n. f.
• 1585; halt XIIe a. picard « lieu où l'on séjourne »; all. Halt « arrêt »
1Arrêt, temps d'arrêt consacré au repos, au cours d'une marche ou d'un voyage. arrêt, pause, station. Faire halte. Marquer une halte. Une courte halte. Halte horaire : dans l'armée, arrêt de dix minutes après cinquante minutes de marche.
Par ext. (sans idée de repos) Faire halte : s'arrêter (dans un mouvement quelconque).
2Lieu où se fait la halte. escale, étape, gîte, relais. Arriver avant la nuit à la halte fixée. Une halte de routiers (hôtel, restaurant;cf. Routier).
Ch. de fer Point d'arrêt sur une ligne, où le train ne prend que les voyageurs, sans que soit prévu un temps d'arrêt déterminé. station.
3Fig. Moment de pause, interruption momentanée au cours d'une action ou d'une évolution. accalmie, pause, répit. « Il y a des haltes, des repos, des reprises d'haleine dans la marche des peuples » (Hugo).
4 Interj. (1636) HALTE ! commandement militaire par lequel on ordonne à une troupe de s'arrêter (opposé à Marche !). Section, halte ! Fig. Dire halte à la guerre. Ellipt Halte aux essais nucléaires ! stop. — HALTE-LÀ ! commandement d'une sentinelle, d'une patrouille enjoignant à un suspect de s'arrêter. ⇒ qui-vive. Fig. Halte-là ! en voilà assez !
⊗ CONTR. 2. Marche. Continuation, reprise.

halte
n. f. et Interj.
rI./r n. f.
d1./d Moment d'arrêt au cours d'une marche, d'un voyage, etc.
Loc. verb. Faire halte: s'arrêter.
d2./d Lieu fixé pour la halte. Arriver en retard à la halte.
|| CH de F Point d'arrêt entre deux gares, réservé aux seuls trains de voyageurs.
rII./r Interj. Halte!, halte-là!: arrêtez!, n'avancez plus!
|| Fig. Halte-là!: taisez-vous!
Halte aux scandales!

⇒HALTE, subst. fém. et interj.
I. — Subst. fém.
A. — 1. Interruption d'un mouvement; temps de repos interrompant une activité, une marche, une promenade. Synon. arrêt, pause, station. Courte, longue halte; faire une halte. Cet azur des dimanches parisiens qui évoque les longues promenades au bord de l'eau, les haltes sous les tonnelles (COURTELINE, Ronds-de-cuir, 1893, 2e tabl., III, p. 82). Nous avons gagné Saint-Genès-la-Tourette en vingt-deux heures, avec une seule halte de deux heures au Puy où nous avons déjeuné (GIDE, Journal, 1940, p. 26) :
1. De tous les comptoirs, des vendeurs arrivaient un à un, débandés, se pressant en bas, à l'entrée étroite du couloir de la cuisine (...). Puis, à l'extrémité du couloir, il y avait une halte brusque, devant un guichet.
ZOLA, Bonh. dames, 1883, p. 543.
En partic., domaine des transports Arrêt prévu sur une ligne. Il comptait et recomptait les jours écoulés, maudissait les haltes du train, l'accusait de lenteur (VERNE, Tour monde, 1873, p. 51). Chaque raidillon était précédé d'une halte, qui coupait l'élan de la voiture [un autobus]. Aurait-on la chance cette fois-ci de n'avoir aucun voyageur à laisser ou à prendre (...)? (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p. 260).
Loc. verb. Faire halte. [Le suj. désigne un animé ou un véhicule] S'arrêter (à une station), marquer une pause. Elle sauta du tramway qui faisait halte et prit sa volée le long des trottoirs (HUYSMANS, Sœurs Vatard, 1879, p. 97). Le rapide de Nancy, lancé à toute vitesse, entrait, geignant sur ses freins. La machine hurla et fit halte, époumonnée, soufflant des torrents de vapeur (COURTELINE, Train 8 h. 47, 1888, 2e part., 2, p. 112). Les filles essoufflées font halte, bavardent, ne repartent qu'après un long moment (BERNANOS, Mouchette, 1937, p. 1268).
2. Domaine militaire Pause observée par une troupe au cours d'une marche. Au bout d'une heure, halte; faisceaux; casse-croûte. La 24me compagnie fut seule désignée pour continuer la marche (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 47). Des sous-off's de dragons (...) profitent de la halte de la colonne pour venir bavarder avec les fantassins (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 744) :
2. La halte est un mot formé d'un double sens singulier et presque contradictoire : troupe en marche, c'est-à-dire mouvement; station, c'est-à-dire repos. La halte, c'est la réparation des forces; c'est le repos armé et éveillé...
HUGO, Misér., t. 2, 1862, p. 12.
Grande halte, grand-halte, grand'halte. Repos prolongé permettant aux fantassins de se restaurer en cours de route. La gaieté revint à la grande halte, dans un chaume, où les soldats purent s'asseoir sur leurs sacs, pour manger un morceau (ZOLA, Débâcle, 1892, p. 79). Nous sommes arrivés vers onze heures, à l'emplacement de la grand'halte du bataillon, épuisés de chaleur, aveuglés de sueur et de poussière, le temps de la grand'halte était fini. Les hommes n'ont pu faire ni soupe ni café (RIVIÈRE, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1911, p. 305).
Halte horaire. Arrêt de dix minutes intervenant après cinquante minutes de marche environ. Quand le coup de sifflet abrégeait de trois minutes la halte horaire, ils semblaient dire, en se remettant sur leurs pieds : « Mais oui! Pourquoi faire traîner les choses? » (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 111).
B. — P. méton.
1. Vx. Repas pris au cours d'un voyage, d'une partie de chasse. De toutes les circonstances de la vie où le manger est compté pour quelque chose, une des plus agréables est sans doute la halte de chasse (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 183). La salle à manger, où la halte du matin était servie (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 1, 1859, p. 583).
2. Endroit où un voyageur s'arrête pour se reposer, se restaurer avant de reprendre la route; en partic. lieu d'hébergement des voyageurs. Synon. étape, gîte. Rien de plus rudimentaire que ces haltes établies dans la montagne par les soins du Club Alpin Suisse (A. DAUDET, Tartarin Alpes, 1885, p. 184). Vers onze heures nous atteignons la halte du déjeuner, les jardins du pont de Kharab (BARRÈS, Cahiers, t. 10, 1914, p. 388).
CH. DE FER. Petite station à personnel réduit où le train ne prend que les voyageurs et où l'arrêt est même parfois facultatif. Le train (...) s'arrêtait à toutes les haltes, parfois même aux postes des gardes-barrières (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 80). Dans une halte sibérienne un écrivain fait les cent pas en attendant le train (SARTRE, Mots, 1964, p. 159) :
3. On a été amené, surtout sur les lignes peu importantes, à multiplier les arrêts et à en établir en des points où un poste de mouvement n'est pas utile : ce sont alors des haltes...
BRICKA, Cours ch. de fer, t. 2, 1894, p. 212.
C. — Au fig. Suspension momentanée du cours d'une action, temps d'arrêt dans une évolution. Une « infirmité corporelle » qui l'avait condamné pendant deux ans (1625-1626) à un repos absolu. Halte bienheureuse qui lui permettra de s'assimiler à fond la doctrine de l'École française (BREMOND, Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 602) :
4. Ce cheminement vers l'absolu, la vie de sainte Marguerite [de Mauriac] nous permet d'en reconnaître les détours, les incertitudes, les haltes, la montée dans l'angoisse.
GREEN, Journal, 1949, p. 260.
En partic. Affaiblissement, diminution temporaire (d'un mal). Synon. accalmie, pause, rémission, répit. Tout, jusqu'à l'obligation de loger le frère prodigue et de s'occuper de lui, fit de cette journée une fête. Ce fut comme une halte dans la misère (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 652). Le docteur, Castel et Tarrou, depuis quatre heures du matin, se tenaient près de lui, suivant pas à pas les progrès ou les haltes de la maladie (CAMUS, Peste, 1947, p. 1391).
II. — Interj. Halte, halte-là!
A. — Domaine militaire et policier. Sommation par laquelle on commande l'arrêt immédiat. Section, halte! Il me semblait d'avance courir dans les bois, ayant à mes trousses des gendarmes criant : « Halte! halte! » (ERCKM.-CHATR., Conscrit 1813, 1864, p. 42). — Halte! commanda le brigadier. Ils s'arrêtèrent (COURTELINE, Train 8 h. 47, 1888, 2e part., III, p. 125). Halte-là! crie une sentinelle (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 223).
Crier, dire halte. Signifier (à quelqu'un) l'ordre de s'arrêter. Il cria halte, et à ce cri les dix-sept autres s'assirent en même temps sur leurs sacs (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p. 363).
P. ext. Synon. de arrête, arrêtez, stop (fam.). On nous crie : « Halte! » Il faut nous laisser rejoindre par l'école des garçons (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 289). Halte! fit Abel en me saisissant par le bras (GIDE, Porte étr., 1909, p. 539).
B. — Au fig. Formule utilisée pour inviter quelqu'un à ne pas aller plus loin dans ses propos, ses actions. Synon. stop (fam.). L'Allemagne dit : Halte-là! Elle n'admettra jamais que par l'échec des Anglais, la France se hisse automatiquement au premier rang (BARRÈS, Cahiers, t. 2, 1900, p. 171). Halte-là! Vous en prenez trop à votre aise. Il faut aimer la vérité plus que soi-même, mais son prochain plus que la vérité (ROLLAND, J.-Chr., Maison, 1909, p. 979).
Dire halte. Cette dame « étonnante pour son âge » semble avoir dit halte! à la mort (GREEN, Journal, 1935-39, p. 221).
[Dans les slogans pol., pour marquer une volonté de s'opposer à ce qu'on condamne] Halte au fascisme! Halte au licenciement!
REM. 1. Halte-garderie, subst. fém. Garderie accueillant momentanément et occasionnellement les enfants en bas âge. Le personnel qualifié pour surveiller la halte-garderie confiée à une assistante de puériculture (Union sociale des œuvres privées, 1935, n° 38, p. 7). 2. Halter, verbe intrans., vx. [Le suj. désigne une pers. ou un véhicule] Faire halte. Nous haltons aux fontaines; nous couchons sous les arbres (FLAUB., Corresp., 1850, p. 232). Soudain, les prunelles fixées sur les extrêmes gradins circulaires, il halta (CLADEL, Ompdrailles, 1879, p. 238). Les trains se succédaient sans relâche, montée, descente, haltaient avec des claquements de portières, des appels de station (A. DAUDET, Port-Tarascon, 1890, p. 8).
Prononc. et Orth. : [alt] init. asp. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1566 faire halt « s'arrêter pour se reposer (des soldats, des chasseurs, etc.) » (Du Pinet, trad. de Pline, Histoire du Monde, VIII, 4 ds DELB., Notes mss); b) 1794 halte « lieu où se fait la halte » (Encyclop. méthod. Chasse); c) 1830 « interruption momentanée dans ce qu'on fait » (LAMART., Harm., p. 416); d) 1866 ch. de fer (Thévenin, Almanach général des chemins de fer, 3, p. 57 ds WEXLER); 2. a) 1636 alte « cri et commandement pour faire hausser les armes d'hast et se ranger en marchant » (MONET); b) 1655 « interjection par laquelle on ordonne à quelqu'un de s'arrêter » (MOLIÈRE, L'Etourdi, III, 4 : alte un peu); 1669 alte-là « id. » (ID., Tartuffe, I, 5). De l'ital. alto « arrêt au cours d'une marche (surtout en parlant d'une armée) » (fin XVe-début XVIe s. ds l'expr. fare alto « s'arrêter (d'une armée) » ds BATT. t. 1, 1961, lui-même empr. à l'all. Halt terme milit. « arrêt ») impér. subst. de halten « arrêter ». L'h- du fr. est dû à l'all. Halt de même sens. Fréq. abs. littér. : 843. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 747, b) 1 762; XXe s. : a) 1 215, b) 1 272. Bbg. WEXLER 1955, p. 88, 95.

halte ['alt] n. f.
ÉTYM. 1566, faire halt; var. alte (jusqu'au XVIIIe); halt, XIIe, en anc. picard « lieu où l'on séjourne »; all. Halt « arrêt », ou ital. alto, dans fare alto « s'arrêter ».
1 (1570). Arrêt, temps d'arrêt consacré au repos, au cours d'une marche ou d'un voyage en général. Station. || La halte de qqn. || Halte de chasseurs, de cavaliers, de troupes, de voyageurs. || Halte auprès d'une fontaine, d'un puits, à la lisière d'un bois. || Faire une longue, une courte halte.Faire halte quelque part (→ Faisceau, cit 5). Escale (en parlant d'un navire, d'un avion de ligne). || Faire plusieurs haltes sur un trajet aérien.anglic. Stop-over.
1 Nous fîmes le trajet en calèche sans autre accident qu'une halte à mi-chemin dans la maison de poste pour laisser souffler les chevaux.
Th. Gautier, Voyage en Russie, IV, p. 44.
2 Après une halte d'une semaine dans l'île verte et mouillée de Ceylan, où le paquebot de France m'avait conduit, j'ai traversé la nuit dernière, sur un mauvais navire de la côte, ce golfe de Manaar (…)
Loti, l'Inde (sans les Anglais), III, I.
(Dans l'armée). || Halte horaire : arrêt de dix minutes après cinquante minutes de marche.(1866). || Grande halte, ou grand-halte : repos aux deux tiers d'une étape, pour prendre un repas chaud.
3 Les mouvements sont en principe coupés par des haltes. Les haltes à heure fixe sont de 10 minutes (50 minutes de marche). À proximité de l'ennemi les haltes de 10 minutes sont exécutées au moment et au point les plus favorables. Les arrêts dans les villages et localités importantes sont interdits.
Les grand-haltes sont d'une durée suffisante pour que la troupe puisse se reposer et s'alimenter. Elles sont mises à profit pour compléter les pleins d'essence, d'huile et d'eau des véhicules.
Mémento de l'officier de réserve d'infanterie, Service en campagne, p. 61.
(Sans idée de repos). || Faire halte : s'arrêter dans un mouvement quelconque. || Machine qui fait halte (→ Frein, cit. 12).
4 Au vacarme de verres secoués qu'il déchaînait, le passant fit une brusque halte.
Courteline, Messieurs les ronds-de-cuir, V, III.
2 (1794). Lieu où se fait la halte. Escale, étape, gîte, relais. || Arriver avant la nuit à la halte fixée. || Une halte agréable.
5 Je ne suis pas un extraordinaire marcheur (…) Dès que ma jambe s'alourdit, je regarde un peu plus vivement, devant moi, en quête d'une halte, d'une vraie halte, celle où, de haut en bas, se délasse le corps et où je puisse, moi manger, boire, soupirer d'aise et même dire : « Ma foi ! je coucherai là s'il le faut ».
H. Bosco, Un rameau de la nuit, p. 7.
(1907). Ch. de fer. Point d'arrêt sur une ligne, où le train ne prend que les voyageurs, sans que soit prévu un temps d'arrêt déterminé. Station. || C'est une simple halte, il n'y a pas de gare.
3 (1830, Lamartine). Fig. Moment de pause, interruption momentanée au cours d'une action ou d'une évolution. Répit (→ Compensation, cit. 6). || Une halte dans le cours fiévreux des événements. — ☑ Faire halte : s'arrêter. || Il est temps de faire halte, l'évolution a été trop rapide. || Faire halte pendant un long travail (→ Débrider).
6 Vers la fin de 90, il y eut un moment de halte apparente, peu ou point de mouvement. Rien qu'un grand nombre de voitures qui encombraient les barrières, les routes couvertes d'émigrés. En revanche, beaucoup d'étrangers venaient voir le grand spectacle, observer Paris. Halte inquiète, sans repos.
Michelet, Hist. de la Révolution franç., IV, V.
7 (…) l'état auquel aspirait, après la secousse de 1830, cette partie de la nation qu'on nomme la bourgeoisie, ce n'était pas l'inertie (…) c'était la halte (…) La halte, c'est la réparation des forces (…) c'est le repos armé et éveillé (…) c'est le fait accompli qui pose des sentinelles et se tient sur ses gardes. La halte suppose le combat hier et le combat demain. C'est l'entre-deux de 1830 et de 1848.
Hugo, les Misérables, IV, I, II.
8 Il y a des haltes, des repos, des reprises d'haleine dans la marche des peuples, comme il y a des hivers dans la marche des saisons.
Hugo, Shakespeare, III, II.
9 Antoine voudrait de nouveau faire halte, réfléchir. Mais il ne reste plus que quatre pages, et son impatience l'emporte.
Martin du Gard, les Thibault, t. IV, p. 33.
4 Interj. (1636). || Halte !, commandement militaire par lequel on ordonne à une troupe de s'arrêter (contr. : marche !). || Section, halte ! || Compagnie, halte !Par ext. (Dans un contexte autre que militaire). || Halte ! attendez-moi, pas si vite ! Stop.
Fig. || Dire halte ! à la guerre. || On ne peut dire halte ! au progrès. Ellipt. || Halte à la révolution ! || Halte aux factieux !
Halte-là ! ['altəla], commandement d'une sentinelle, d'une patrouille enjoignant à un suspect de s'arrêter. Qui vive ?
(1669, Molière). Fig. Se dit pour arrêter qqn dans une voie, dans des propos qu'on désapprouve. || Halte-là ! en voilà assez !
10 — Qu'après avoir chez vous réparé sa misère,
Vous en veniez au point… ?
— Alte-là, mon beau-frère :
Vous ne connaissez pas celui dont vous parlez.
Molière, Tartuffe, I, 5.
11 Que vous n'aimiez pas mon oncle, c'est encore dans l'ordre. Mais que vous rendiez le bonhomme malheureux ?… Halte-là ! Quand on veut une succession, il faut la gagner.
Balzac, la Rabouilleuse, Pl., t. III, p. 1058.
tableau Principales interjections.
CONTR. Marche. — Continuation, reprise.
DÉR. Halter.
COMP. Halte-garderie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • *halte — ● halte nom féminin (italien alto, du francique halt) Arrêt au cours d une marche, d une randonnée, d un voyage, etc., pour se reposer, se détendre, se restaurer ; temps que dure cet arrêt : Reprendre la route après une courte halte. Lieu où se… …   Encyclopédie Universelle

  • halte — HALTE. s. f. (L H s aspire.) Pause que font des troupes de gents de guerre dans leur marche. Faire la halte. halte là …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Halte là! — Album par Au Bonheur des Dames Genre rock parodique Albums de Au Bonheur des Dames …   Wikipédia en Français

  • halte à — ● halte à signifier à quelqu un qu il doit cesser ses entreprises, manifester sa volonté de faire obstacle à quelque chose : Halte à la guerre ! …   Encyclopédie Universelle

  • Halte ! — ● Halte ! commandement par lequel on donne l ordre à une troupe en marche, à quelqu un ou à un groupe de personnes, à des véhicules de s arrêter …   Encyclopédie Universelle

  • Halte-là ! — ● Halte là ! cri d un militaire en faction ou en patrouille pour enjoindre à quelqu un de ne pas aller plus avant ; injonction à cesser l action en cours et, en particulier, à cesser d importuner ou d exagérer …   Encyclopédie Universelle

  • halte — obs. var. of holt, copse …   Useful english dictionary

  • halte — (hal t ) s. f. 1°   Station que font des gens de guerre, des chasseurs, des voyageurs dans une marche. •   Supposez autour du monticule sur lequel le château s élève tous les incidents d une halte d armée, et vous aurez le tableau de Casanove,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • HALTE — s. f. (H s aspire.) Pause, station que font des gens de guerre dans leur marche. Faire halte. Une longue halte. Pendant la halte.   Il signifie, par extension, Le lieu fixé pour la halte, ou Le repas que l on fait pendant la halte. Dans ces deux… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • HALTE — n. f. Pause, station que font des soldats, des chasseurs, des voyageurs dans leur marche. Pendant la halte. Faire halte. Grande halte, La halte la plus longue que fait dans une journée une troupe en marche. On dit aussi dans ce sens HALTE REPOS.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.